Accueil - Avant propos

  Les origines
  Raoul I de Mary
  Richard I de Mary
  Richard II de Mary
  Enjuger de Méautis
  Onfroi I de Bohon

  A travers les siècles
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle
  Du XXème à nos jours
  Familles alliées & blasons

  Les lieux étudiés en Normandie
  Le château de Mont-Haguez
  Le village de Méautis
  L'église de Dives-sur-mer
  Le village de Sainteny
  Le village de Cerisy-la-Forêt

  Les Meautys d'Angleterre
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle
  Du XXème à nos jours
  Familles alliées & blasons

  Les lieux étudiés en Angleterre
  La vieille église de Chelsea
  L'abbaye de Stratford-Langthorne
  Les moulins de Wiggen
  Le vieux manoir de Bretts
  Le vieux manoir de Gorhambury
  L'église St-Michael de St-Albans
  La rue Meautys à St-Albans

  Des sites à visiter

  Espace téléchargement
  Les chapitres au format PDF

Visiteurs total : 93018
Aujourd'hui : 24
Connecté(s) : 1
Contact

Dernières MAJ : le 5 juin 2012
V3.20 - 2007/2012


Famille de Bohon - La branche de Normandie

 
Richard III de Mary, sire de Bohon
 
Richard III de Mary, sire de Bohon (Richard de Meri), fils aîné de Onfroi I de Bohon le Vieil, accompagna son père à Hastings et eut sa part des dépouilles saxonnes. Il est mentionné dans le « Exon Domesday » (inventaire pour les comtés du sud-ouest) et tient de Auvray d’Espagne, le manoir de Huntervorde et le manoir de Ila dans le comté de Somerset. En voici le texte :
 
« [...] Terra Alveredi Ispaniensis in Devenesira. Alveredus habet I. mansionem que vocatur Alferdintona ........................ Terra Alvredi de Hispania in Sumerseta. Alvredus habet I. mansionem que vocatur Huntervorda quam tenuit Alvvi ea die qua Rex Edwardus fuit vivus et mortuus et reddidit gildum pro I hida. hanc possunt arare II. Carruce. modo tenet Ricardus de Meri de Alvredo. Ibi habet Ricardus II. car. Et VII bord. et II servos et VIII. animal. et Ix oves et IIII. agros prati et x agros more et valet per annum xx sol. et quando Alvredus recepit valebat V sol. Alveredus habet I mansionem que vocatur Ila, quam tenuit Alvvi die qua Rex E. fuit vivus et mortuus et redd. gildum pro duabus hldis. Has possunt arare due carruce. modo tenet Ricardus de Meri de Alveredo et habet Ibi I hidam et I carrucam in dnio et vill. hnt. I hid. et I carr. Ibi habet Ricardus VIII. vill. et II. bord. et I servum et I Roncinum et I vaccam et Ix oves et I molinum qui redd. xx den. et xxx agros nemoris et x. agros prati et x agros pascue et valet xI. sol et quando A. recepit valebat xx sol ». Exon Domesday, P. 349 & 351.
 

 
Sur un document que l’on peut dater de la fin de l’année 1050, il fut témoin d’une charte par laquelle, le duc Guillaume, confirmait une donation faite par Jean de Laval, chevalier, à l’abbaye de Marmoutier.
 

 
Outre ses domaines de Bohon, Richard III de Mary, sire de Bohon (Richard de Meri) était également seigneur et patron de Saint-Clair-sur-Elle. C’est à ce titre, qu’il consentit à une donation de son vassal Raoul, fils de Guillaume à l’abbaye voisine Saint-Vigor de Cerisy (Cerisy-la-Forêt). En voici le texte :
 
« [...] Ego Radulphus Willelmi filius anime mee consulere volens Deo et Sancto Vigori tertiam partem oblationis altaris Sancti Clari in festivitate sua et quatuor acras terre ubi mansio una efficeretur coram Rege, concedente domino suo (sic) Ricardo de Mereio. S. Willelmi Regis †. S. Richardi de Mereio. S. Radulphi filli Willelmi † ».
 
En voici une traduction :
 
« [...] Moi Raoul, fils de Guillaume, voulant pourvoir à mon âme, j’ai donné à Dieu et à Saint-Vigor le tiers de l’offrande de l’autel Saint-Clair, en sa fête et 4 acres de terre pour y bâtir un manoir, par devant le Roi, du consentement de son seigneur Richard de Mary. Sceau du Roi Guillaume, de Richard de Mary, de Raoul, fils de Guillaume ».
 

 
Deux documents datés respectivement de 1092 et de 1105, nous permettent d’identifier clairement le nom de sa femme « Lucia ». Il semble néanmoins qu’il avait été déjà marié une première fois.
 

 
En 1093, Richard III de Mary (Richard de Meri) confirma les donations de son père Onfroi I de Bohon le Vieil à l’abbaye Saint-Martin de Marmoutier. Voici le texte provenant d’une copie ancienne :
 
« [...] Auctoramemtum Richardi filii Unfridi de Bohonio ........................ Noverint omnes presentes et posteri nostri quod Richardus de Mereis concessit s. Martino et monachis ejus in capitulo corum quicquid pater ejus Unfredus dederat eis propter animam suam et patris fui et etiam propter quondam monachum ejusdem loci fratrem suum nomino Ingelrannum qui de hac re monuit eum, nec non propter amorem cujusdam parvuli filii sui quem dederat cidem loco ad nutriendum et imbuendum litteris usquedum tante esset etatis ut monachatum pati posset, si tamen monachus fieri vellet. Et hoc volumus hic notifleari quod supradictus Richardus fecit per so ipsum donum abbati nosiro, eujus regimine degebamus, domino abbati Bernardo, coram cunctis fratribus nostris qui tuae erant in capitulo nostro, et postea misit donum ipsum super altare S. Martini. Hoc totum viderunt et audierunt isti testes ; ex parte ejus sunt isti, Rich. Arbalestarius, Ludovicus Ridellus, Odo filius Richerii ; ex parte nostra Arnulfus cellararius, Otgerius de hospicio, Aimo de hospicio, Landricus Buccherius, Johannes hospitalarius, letbertus de Sartrino, hildemarus de coquina, algisus de Coquina, Herbertus de Bohonio. Actum anno ab incarnatione domini MLXXXXIII. Agentibus nobis sub domino abbate, Bernardo, X anno ordinationis ejus. Sciendum etiam quod in eodem in loco et die concessit prefatus Richardus nobis superius memoratam cellam Bohouii sic solutam et quietam ia eternum possidendam sient etiam eam hubbamus dio qua pator ejus ipsius Umfredus obiit, promitiens quod ipsam et omnia ipsi pertinentia taeretur et defenderet nobis quanium ullo modo juste posset ab omni mortali, et hoc etiam promisit ibi quod in tota Normannia ubicumque opus ejus adjutorio vel servitio esset nobis in adjutorium sieut unus de famulis nostris ex coquina nostra et si dominus donaret eum crescere in rebus suis et ipse adaugeret res nostras ».
 
Sont cités sur ce document, Richard III de Mary (Richard de Meri), son père Onfroi I de Bohon le Vieil, son frère Enguerran de Bohon, Herbert de Bohon et plusieurs autres. En voici une traduction :
 
« [...] Confirmation de Richard fils d’Onfroi de Bohon ........................ Sachent tous les nôtres présents et à venir que Richard de Mary a concédé à Saint-Martin et à ses moines en leur chapitre, tout ce que son père Onfroi leur avait donné à cause de son âme et de celle de son père et aussi à cause d’un moine du même lieu, son frère, nommé Enguerrand, qui le lui conseilla, et aussi pour l’amour d’un petit enfant, son fils, qu’il avait donné au même lieu afin qu’il y fût nourri et instruit dans les lettres jusqu’à ce qu’il fût en âge de supporter la vie monacale, si toutefois il voulait se faire moine. Et nous voulons ceci être ici notifié que le susdit Richard a fait par soi-même donation à l’abbé qui nous gouvernait alors, le Seigneur abbé Bernard, en présence de tous nos frères, faisant alors partie de notre chapitre, et ensuite il a placé la donation même sur l’autel de Saint-Martin, tout cela au vu et ouï des témoins ci-après : pour lui : Richard l’Arbalestrier, Louis Ridel, Eudes, fils de Richer ; pour nous : Arnouf le cellérier, Oger de l’hospice, Aimon de l’hospice, Landry le boucher, Jean l’hotelier, Letbert du vestiaire, Hildemare de la cuisine, Algise de la cuisine, Herbert de Bohon. Fait l’an de l’Incarnation 1093, sous le gouvernement du Seigneur Abbé Bernard, la dixième année de son ordination. Il faut qu’on sache aussi qu’aux mêmes lieu et jour, le susdit Richard nous a concédé le susmentionné prieuré de Bohon, franc et quitte et à perpétuité, comme nous l’avions le jour de la mort de son père Onfroi, promettant que ce prieuré et toutes ses dépendances, il les garderait et les défendrait par tous les moyens honnêtes en son pouvoir contre tout mortel et par toute la Normandie, là où nous aurions besoin de son aide ou service, il nous viendrait en aide comme un des domestiques de notre cuisine et que si le Seigneur lui donnait de s’accroître en ses affaires, il augmenterait aussi les nôtres ».
 

 
Au début du XIIème siècle, vraisemblablement vers l’année 1110, Richard III de Mary (Richard de Meri) fit don d’une acre de terre à l’abbaye de Saint-Fromond, pour l’âme de Robert Russel (Robert I de Bohon), son frère. Voici ce texte provenant d’une copie datant du XIIIème siècle, cartulaire de l’abbaye de Savigny :
 
« [...] Notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Ricardus de Mari dedit Deo et Sancte Marie et Sco Fromundo et monachis ibidem famulantibus pro anima Roberti Russel fratris sui unam acram terre sitam juxta piscariam de Clareonde concedente domino de Bohon patre suo ; et hoc donum super altare Sancti Fromundi positum fuit testibus istis Ricardo de Humets, Roberto de Bohon, Savarico de Bohon, Alano de Hulmo, Carbonnel, Waltero de Sancto Fromundo, cum filio suo Willelmo, presente etiam venerabili Rogero Constanciarum episcopo et gracia Dei confirmante ».
 
Parmi les témoins on retrouve Robert de Bohon, Savary de Bohon, Roger évêque de Coutances et plusieurs autres. En voici une traduction :
 
« [...] Qu’il soit connu de tous, tant présents que futurs que Richard de Mary a donné à Dieu et à Sainte-Marie et à Saint-Fromond et aux moines desservant ce lieu, pour l’âme de Robert Russel, son frère, une acre de terre sise jouxte la pêcherie de Claironde, avec l’autorisation du Seigneur de Bohon, son père ; et cette donation a été déposée sur l’autel de Saint-Fromond, témoins Richard du Hommet, Robert de Bohon, Savary de Bohon, Alain du Houlme, Carbonnel, Gautier de Saint-Fromond avec son fils Guillaume, en présence du vénérable Roger, évêque de Coutances, et moyennant confirmation de la grâce divine ».
 
 

L'abbaye et le prieuré de Saint-Fromond vers 1900

L'abbaye et le prieuré de Saint-Fromond vers 1900

 
On notera que Roger fut évêque de Coutances de 1110 à 1123 et que, lors de cette donation de Richard III de Mary (Richard de Meri) pour « [...] l’âme de Robert Russel, son frère », son père Onfroi I de Bohon le Vieil n’était plus en vie. Cette erreur fut sans doute commise par le moine copiste du XIIIème siècle.
 

 
Richard de Bohon, évêque de Coutances et Enjuger I de Bohon sont cités comme témoins sur une charte de 1170 confirmant les biens de l’abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte par Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie.
 
« [...] Henricus, Dei gratia rex Anglie et dux Normannie et Aquitaine et comes Andegavensis, archiepiscopis, episcopis, abbatibus, comitibus, baronibus, justiciis, vicecomitibus et omnibus ministris et fidelibus suis totius terre sue citra mare et ultra, salutem. Sciatis quod ego habeo in manu et protectione mea sicut meam dominicam abbatiam Sancti Salvatoris de Constantino, cum omnibus rebus et possessionibus eidem abbatie pertinentibus, sicut presens carta in subsequentibus declarat. Concedo etiam predicte abbatie et hac carta mea confirmo ut sit libera et quieta ab omnibus rebus, et per totam terram meam Anglie et Normannie quietanciam suam de omnibus rebus suis in civitatibus et castellis et villis et nundinis et mercatis, et in portibus maris de pontagio apud Hantoniam et apud Sorham, et per totam terram suam le werec et in omnibus aliis consuetudinibus. Similiter do eis pasnagium suum in omnibus nemoribus meis et haiis. Et quidquid ego ipse eis dedi in perpetuam elemosinam concedo et confirmo, videlicet forum apud ecclesiam Sancte Marie de Podiis in die veneris, et nundinas in die festi Sancti Georgii et in quarta feria rogacionum. Item do et concedo bernagium et graveriam meam de Torgistorp, et nundinas festi Sancti Michaelis ; apud Sanctum Hermelandum nundinas indie festo ejusdem sancti ; et capellam Sancti Leodegarii de Martreneio, cum terris et elemosinis eidem capelle pertinentibus, et nundinas in festo sancti. Concedo etiam et confirmo ecclesias de Feodo de Bruis, videlicet ecclesiam ejusdem ville cum capellis suis Sancti Petri, Sancti Dyonisii et Sancti Thome, et ecllesiam Sancte Marie de Covilla, et ecclesiam Sancti Martini le Girart, et ecclesiam Sancti Christofori, cum pertinenciis suis. Concedo etiam [et] confirmo omnes ecclesias quas predicta abbatia tenet in insula de Gerseio, videlicet totam ecclesiam Sancti Broclarii cum quinque partibus decime, et cum terris eidem ecclesie pertinentibus ; totam ecclesiam Sancti Petri de Deserto cum medietate decime et terris et elemosinis eidem ecclesie pertinentibus, et in eadem parrochia de dono Symonis de Haga terram ad unum aratrum, et terram quam dedit Rannulfus presbiter ; totam ecclesiam Sancti Helerii cum medietate decime et cum terris et elemosinis eiden ecclesie pertinentibus ; totam ecclesiam Sancti Clementis cum quinque partibus decime et terris et elemosinis eidem ecclesie pertinentibus, et in eadem parrochia de dono Willelmi de Hasnerii unam minam frumenti ; totam ecclesiam Sancti Johannis de Quercubus cum capella Sancte Marie de Bona Nocte, et terris et elemosinis ecclesie et capelle pertinentibus, et in eadem parrochia terram ad unum aratrum, de dono Heudonis de Sotevast, quam tenent les Hordellons ; et in omnibus aliis [parrochiis] ejusdem insule sextam partem garbarum. Concedo etiam et confirmo omnes donaciones quam Rogerus vicecomes, qui eamdem inchoavit abbatiam, et omnes ejus successores eidem abbatie fecerunt, in ecclesiis, in decimis, in terris, in nemoribus, in aquis, in molendinis, in pratis, et in quibuscumque donariis eidem abbatie manum misericordie porrexerunt. De donatione autem predicti Rogeri hec sunt : in burgo Sancti Salvatoris donavit ecclesiam Sancti Johannis cum pertinenciis suis et unum molendinum cum tercia parte aque ; et CCXL acras terre in eadem villa, et v prata, unum inter virgultum et aq n, aliud pratum del Paiz, et pratum de Valle Hosber, et pratum Sonui et pratum Camerarii. Apud Haumaisnil duo prata, unum subter terram vavassoris, aliud juxta maresc, et tres piscarias in aqua que vocatur Unva. Decimam vero totius victus domus sue in pane, in carnibus, in piscibus, in volatilibus et in omnibus rebus que ad cibum pertinent. Decimam omnium reddituum ejusdem ville, molendini, telonei, nundinarum et furni. Decimam de pasnagio omnium nemorum suorum et haiarum, et de venatione, et de arietibus de maresc, et de venditione omnium nemorum, qualicumque modo vendantur, et de bsosco ad suum opus, scilicet, ad suum ignem omne jacens viride et stans siccum, et materiem ad suun herbergementum quantum eis convenit, sicut ipse dominus habet. Et ut porci monachorum in nemoribus et haiis cum porcis domini communem habeant pasturam. Et decimam de piscariis quas habebat in suo dominio in aqua que vocatur Unva et de de allis piscariis quas homines de illo tenebant concessit abbatie et monachis usque ad eum locum qui vocatur Longua Racha. Et ecclesiam Sancti Petri de Treauvilla, cum decimis et elemosinis eidem ecclesie pertinenbus, et unam acram terre que est in media villa, et totum locum tam in dominus quam in virgultis et ortis, qui juxta eamdem situs est, et decimam molendinorum suorum in eadem villa existencium. Item Gaufridus filius Guillelmi in eadem villa dedit decimam unius molendini. Dedit etiam Rogerus vicecomes predicte abbatie ecclesiam Sancti Germani de Direth cum pertinentiis suis, et in eadem parrochia unam vavassoriam terre. Et dimidiam ecclesiam Sancte Marie de Podiis, cum medietate decime, et terram Willelmi Floridi et feodi Hair[on]. Et ecclesiam de Hainevilla cum pertinentiis suis, et decimam unius molendini, et dimidiam acram terre, et vavassoriam quam tenet presbyter. Ecclesiam Sancti Martini de Gerovilla cum pertinentiis suis, et duas vavassorias quas tenent Estricus et Folin. Ecclesiam Sancte Marie de Valle Segie cum pertinentiis suis, et quartam partem ejusdem ville, cum quarta parte molendini. Ecclesiam Sancti Johannis de Bosco cum pertinentiis suis. Medietatem ecclesie Sancti Audoeni de Catevilla cum pertinentiis suis. Ecclesiam Sancti Salvatoris de Petra ponte cum pertinentiis suis, et tres acras terre quas Malus Vicinus et fratres ejus dederunt. Ecclesiam Sancti Remigii, cum capella Sancti Christofori et cum pertinentiis suis. Ecclesiam Sancte Marie de Columba cum pertinentiis suis, et terram ad unum aratrum quam Rogerus camerarius dedit. Ecclesiam Sancti Stephani de Aauvers cum pertinentiis suis. Ecclesiam Sancti Martini de Levilla cum pertinentiis suis, et sex acras terre. Duas partes ecclesie Sancti Hermelandi de Botevilla, cum pertinentiis suis. Medietates ecclesiarum Sancti Martini de Fredevilla et Sancti Martini de Escallevilla, cum pertinentiis suis, et in utraque villa terram ad unum aratrum. Ecclesiam Sancti Hylarii de Buschervilla, cum pertinentiis suis. Ecclesiam Sancti Germani de Tornebusc, cum pertinentiis suis, et vavassoriam quam presbyter tenet. In villa de Briquebosc XVII vavassores et unum molendinum. In Radulfi villa terram unius militis quam Sello Lohier tenet, et unam vavassoriam quam Ricardus presbyter tenet, et aliam [quam] Salomon tenet. Concedo etiam et confirmo dona que Willelmus Rogonis filius eidem abbatie fecit, videlicet totam terram quam habebat in Fontaneto juxta Vada, et quidquid habebat in acclesia ejusdem ville, et unam minam frumenti quam habebat in molendino de Warovilla, et in Haga terram quam tenebat de eo Willelmus Migellum. Concedo et confirmo ecclesias Sancti Martini et Sancti Medardi de Goe, quas Gaufridus Juas et Rogerus de Magneville et Robertus de Dic predicte abbatie liberas et quietas dederunt, cum decimis et terris et elemosinis eisdem ecclesiis pertinentibus. Concedo etiam et confirmo ecclesiam Sancti Michaelis de Salomonis villa, cum appenditiis suis, quam dedit Radulfus de Siffrevast, et in eadem villa medietatem unius molendini. Et de dono Gaufridi de Sorteovilla et Johannis de Anslevilla, ecclesiam Sancti Petri de Archite ecclesia, cum pertinentiis suis. Concedo etiam et confirmo ecclesiam Sancte Marie de Hulmo, quam Helias de Agnis et Adeliza eidem abbatie dederunt, cum appendentiis suis. Et ecclesiam Sancti Sansonis de Anslevilla, cum appendentiis suis, quam Radulfus de Pirou et Willelmus Suen eidem abbatie dederunt. In Anglia, de dono Willelmi de Solariis, concedo et confirmo ecclesiam Omnium Sanctorum de Alingueltam et capellam Sancte Marie, cum appendentiis suis, et LXIII acras terre et XX acras prati. De dono Willelmi filii Johannis, capellam Sancte Margarite de Barbustonia, cum decimis et terris et elemosinis eidem capelle pertinentibus. Apud Porteseiam, de dono Balduini ejusdem ville, LX acras terre. Concedo etiam et confirmo donum quod Paganus de Welebof fecit eidem abbatie, videlicet quidquid habebat in Nova villa que est juxta Trincort, in ecclesia et nemore et terris et molendino et prato, ut illud monachi predicte abbatie libere et quiete habeant. Confirmo autem predicte abbatie et monachis ejusdem abbatie et hac carta mea confirmo omnes suprascriptas donationes in liberam et perpetuam elemosinam. Quare volo et firmiter precipio quod predicta abbatia et predicti monachi omnia que eis tam a me quam ab aliis rationabiliter data sunt habeant et teneant cum omnibus pertinentiis suis bene et in pace, libere et quiete, cum omnibus libertatibus et liberis consuetudinibus suis. Testibus his : Ricardo, Constanciensi episcopo, Johanne filio Luce, Jordano Taxone, Willelmo de Vernone, Ricardo de Haia, Hengugier de Bohon, Hosber de Hosa. Apud Cesarisburgum ».
 

 
Une famille « de Bouhon » restée en Normandie portait (d’après l’armorial de la province) « [...] d'azur au chevron d'or accompagné de trois molettes d'éperon d’or ». C’est en 1463 que Montfaut fit la recherche des nobles de la généralité de Caen. Celui-ci y trouva un Guillaume de Bouhon, demeurant à Roncey mais il est plus que douteux qu’il fût de l’ancienne famille des possesseurs du château.
 

La branche des « de Bohon de Normandie »

Armes : [...] D'azur au chevron d'or accompagné de trois molettes d'éperon d’or

Devise :

Dessin : C. Deméautis - 2010

 

Blason des de Bohon de Normandie
 


 

  Famille de Mary
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle

  Famille de Bohon
  La branche de Normandie
  La branche de Midhurst
  La branche de Hereford

  L'histoire de la Normandie
  Du Ier au VIIIème siècle
  Les vikings, des conquérants
  Robert I
  Guillaume I longue-épée
  Richard I sans-peur
  Richard II le bon
  Richard III
  Robert II le magnifique
  Guillaume II le conquérant
  La première croisade
  Le Moyen Âge
  L'époque médiévale
  La Renaissance
  Troubles et renouveau
  La fin de l'Ancien Régime
  La Révolution
  L'époque napoléonienne
  La Restauration
  Le Second Empire
  La Troisième République
  La première guerre mondiale
  La deuxième guerre mondiale