Accueil - Avant propos

  Les origines
  Raoul I de Mary
  Richard I de Mary
  Richard II de Mary
  Enjuger de Méautis
  Onfroi I de Bohon

  A travers les siècles
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle
  Du XXème à nos jours
  Familles alliées & blasons

  Les lieux étudiés en Normandie
  Le château de Mont-Haguez
  Le village de Méautis
  L'église de Dives-sur-mer
  Le village de Sainteny
  Le village de Cerisy-la-Forêt

  Les Meautys d'Angleterre
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle
  Du XXème à nos jours
  Familles alliées & blasons

  Les lieux étudiés en Angleterre
  La vieille église de Chelsea
  L'abbaye de Stratford-Langthorne
  Les moulins de Wiggen
  Le vieux manoir de Bretts
  Le vieux manoir de Gorhambury
  L'église St-Michael de St-Albans
  La rue Meautys à St-Albans

  Des sites à visiter

  Espace téléchargement
  Les chapitres au format PDF

Visiteurs total : 88952
Aujourd'hui : 13
Connecté(s) : 1
Contact

Dernières MAJ : le 5 juin 2012
V3.20 - 2007/2012


L'histoire de la Normandie

en général et du Cotentin en particulier


Guillaume II le conquérant

 
Guillaume II le bâtard (~ 1027 / 09.09.1087 à Rouen) fut aussi connu sous les noms de Guillaume II de Normandie, Guillaume II le conquérant ou encore Guillaume I d’Angleterre. Il fut le fils de Robert II le magnifique et de Arlette ou « Herleva » de Falaise.
 

Guillaume II de Normandie n’avait que huit ans lorsqu’en 1035, il devient duc de Normandie à la mort de son père Robert II le Magnifique. Sa mère Arlette de Falaise, qui n’avait pas épousé son père, se maria à Herluin de Conteville, et donna deux demi-frères à Guillaume, Odon de Bayeux et Robert de Mortain.

Après la mort de Robert le magnifique, le vicomte Néel I de Saint-Sauveur fut l’un des seigneurs chargés de gouverner le duché de Normandie pendant la minorité de Guillaume le Bâtard. Néel I de Saint-Sauveur mourut entre 1040 et 1042. Il laissa pour héritier un fils, Néel II de Saint-Sauveur.



 

Tapisserie de Bayeux (XIème siècle)

Tapisserie de Bayeux (XIème siècle)

 
Sa bâtardise et son jeune âge furent les principales raisons qui amenèrent plusieurs barons de Normandie à se révolter et à bafouer l’autorité ducale. Des complots frappèrent au plus proche du pouvoir. Guillaume perdit ainsi plusieurs de ses protecteurs par assassinat, dont le sénéchal Osbern.
 
En 1047, Néel II de Saint-Sauveur se laissa séduire par Gui de Bourgogne, à la générosité duquel il devait le château du Homme. Gui de Bourgogne, petit-fils de Richard II par sa mère, n’avait pas vu, sans un vif sentiment de jalousie, la couronne ducale passer sur la tête de son cousin Guillaume, fils naturel de Robert le Magnifique. Il forma le projet de renverser le jeune prince, et fit entrer dans son complot le vicomte Néel II de Saint-Sauveur.
 
Voici dans quels termes le chroniqueur Wace raconte la révolte et la bataille du Val-ès-Dunes. Suivons mot à mot le texte du Roman de Rou.
 
Guillaume crût et enforça, il s’ingénia de différents côtés ; il était déjà bien cru et grandi, et tenait sa terre depuis douze ans, quand Néel de Cotentin et Renouf de Bessin, deux vicomtes de grand pouvoir, capables d’exciter bien du mal, firent naître, par leurs intrigues, une sédition dont le pays eut fort à souffrir. Guillaume tenait avec lui Gui, fils de Renaud le Bourguignon ; celui-ci avait épousé Adelize, fille du duc Richard, dont il avait eu deux fils. Gui fut élevé avec Guillaume. Dès sa plus tendre jeunesse, dès qu’il put monter à cheval, se nourrir et s’habiller, il fut porté en Normandie et vécut avec Guillaume. Guillaume l’aimait beaucoup, et quand il l’eut fait chevalier, il lui donna Brionne, Vernon et plusieurs terres du voisinage.
 
Quand Gui eut pris possession de ses châteaux, qu’il les eut mis en bon bel état, il commença à s’enorgueillir et à réclamer le duché de Normandie. Il portait grande envie à Guillaume, qui était son seigneur ; il lui reprocha sa bâtardise. La félonie fit éclater la guerre. Mais Gui s’en trouva mal ; pour avoir tout voulu prendre, il perdit tout. Il appela Néel, Renouf, Hamon aux Dents et Grimoud du Plessis, qui servaient Guillaume à contre cœur. Il n’y avait, dit-il, aucun héritier qui eût plus que lui droit au duché de Normandie : sa mère était fille de richard ; il était né de femme légitime, et n’était point bâtard. Qui voudrait lui rendre justice, lui adjugerait la Normandie. S’ils voulaient le soutenir, il partagerait avec eux. Il leur a tant parlé et tant promis, qu’ils se sont engagés par serment à le soutenir de tout leur pouvoir, à guerroyer Guillaume, et à chercher à le déshériter par force et par trahison. Ils ont donc garni leurs châteaux, paré les fossés et dressé les palissades. Guillaume ne savait rien de tous leurs préparatifs.
 
Pour son agrément et pour ses affaires, il alla séjourner à Valognes. Je ne sais depuis combien de jours il y était à chasser dans les bois, à courre et à tir. Un soir, ses gens s’étaient retirés pour se coucher dans leur hôtel ; il n’était resté que les hommes particulièrement attachés à la personne du prince. Guillaume était lui-même couché ; mais j’ignore s’il dormait, quand survint à la porte de la chambre et frappait les murailles de son pieu.
 
« [...] ouvrez, dit-il, ouvrez, ouvrez. Vous allez mourir ; Levez-vous ! Levez-vous ! Où est Guillaume ? Pourquoi dort-il ? S’il est atteint, c’en est fait de lui. Tes ennemis, Guillaume, vont s’armer. S’ils peuvent te trouver ici, tu ne sortiras pas du Cotentin, et tu ne verras pas lever le jour ».
 
Guillaume fut fort effrayé, comme un homme frappé d’épouvante ; il n’alla pas chercher des nouvelles, qui ne semblaient rien lui promettre de bon. Il n’avait que ses braies et sa chemise ; il jette une chappe sur ses épaules, s’élance sur son cheval et met en route. Je ne saurais dire s’il eut des éperons, et s’il se fit accompagner. Il fit tant de hâte qu’il arriva aux Vés ; il les trouva praticables ; il les a passés. De nuit, il passa les gués de Vire, partagé entre la peur et la colère. Il s’arrêta dans le moutier de Saint-Clément, pour prier Dieu du fond du cœur ; il lui demanda de le guider et de le faire échapper. Il n’osa se diriger vers Bayeux, car il ne savait à qui se fier ; il préféra prendre sa route entre Bayeux et la mer. Il passait par le village de Rye avant le lever du soleil. Hubert de Rye était à sa porte, entre le moutier et la motte de son château : il vit Guillaume à peine vêtu, sur un cheval baigné de sueur.
 
« [...] beau sire, lui dit-il, comment voyagez-vous ! Hubert, reprit le duc, oserai-je vous dire ? Oui, vraiment, répondit Hubert, avancez sans crainte. Mes ennemis, reprend le duc, me cherchent ; ils menacent de m’occire ; avec vous je n’ai rien de caché ; je sais bien qu’ils ont juré ma mort ».
 
Hubert a mené le duc en son hôtel, il lui a livré son meilleur cheval, il a appelé ses trois fils. « [...] beaux fils, leur dit-il, à cheval, à cheval. Voici notre seigneur : conduisez-le jusqu’à Falaise ; vous passerez par ci et par là, et vous éviterez les villes ».
 
Hubert leur a bien indiqué les voies et les détours. Les jeunes gens ont tout bien entendu ; ils ont suivi les instructions de leur père. Ils ont traversé tout le pays, et passé à gué l’eau de Foupendant. Ils mirent Guillaume à Falaise : s’il fut mal équipé, qu’importe ?
 

Le château de Falaise (XIIème siècle) [Photo prise en août 2007 par C. Deméautis]

Le château de Falaise (XIIème siècle) [Photo prise en août 2007 par C. Deméautis]

 
Hubert était encore sur son pont, il regardait à droite, regardait à gauche, et attendait des nouvelles, pensant bien qu’il allait en apprendre d’extraordinaires. Il voit accourir, ventre à terre, ceux qui poursuivaient Guillaume. Ils l’appellent et le conjure de dire s’il a vu le bâtard : par où va-t-il et de quel côté ?
 
Hubert leur dit : « [...] il est passé par ici, il n’est pas loin, vous l’atteindrez bientôt. Mais attendez, je vous mènerai, car je veux frapper le premier coup. Je vous le garantis par ma foi, si je le trouve, je le frapperai le premier ».
 
Hubert les a tant égarés et les a envoyés si loin qu’il n’a plus aucune inquiétude sur Guillaume, qui suivait une autre route. « [...] c’est assez leur dit-il, puis il revient à son hôtel ».
 
Ce jour là, le Cotentin et le Bessin furent en grand émoi. Par le pays se répandit vite la triste nouvelle de la trahison de Guillaume qu’on devait assassiner dans la nuit. Les uns disent qu’il est tué, les autres qu’il est pris, plusieurs qu’ils est en fuite. Tous répètent : « [...] Dieu le protège ! ».
 
De Bayeux jusqu’aux Vés les chemins sont couverts de ceux qui viennent de Valognes. Ils se tiennent pour morts et déshonorés d’avoir perdu leur seigneur, qu’ils avaient encore la veille au soir. Ils ne savent où le chercher. Ils marchent en demandant des nouvelles, mais ils ne savent où diriger leurs recherches. Ils maudissent Grimoud du Plessis, et ceux qui se confient à Grimoud ; ils le soupçonnent d’être l’auteur de la trahison. Cet événement frappa toute le Normandie de stupeur et d’effroi.
 
Les vicomtes, par haine du duc, saisirent ses terres et s’emparèrent de tout ce qui fut à leur portée. Ils ont si bien dépouillé Guillaume, qu’il ne lui resta plus aucun pouvoir, et qu’il ne pouvait mettre le pied sur le Bessin pour exercer ses droits et demander ses rentes. Il alla en France trouver le roi Henri, à qui son père Robert avait rendu des services. Il s’est plaint de Néel, qui l’abandonne et le prive de ses revenus. Il s’est plaint de Hamon aux Dents, et de Gui le Bourguignon, et de Grimoud le traître, qui plus que tous a encouru son indignation, et de Renouf de Briquesart, qui dispose de ses biens, et des autres barons du pays, qui se sont ligués contre lui.
 
Après avoir entendu les paroles et les plaintes de Guillaume, le roi fit assembler son armée et vint aussitôt en Normandie. De son côté, Guillaume semonce les Cauchois, les habitants de Rouen et du Roumois, ceux du pays d’Auge et du Lieuvin, et ceux d’Évreux et l’Evrecin. Tous les combattants qu’on avait pu réunir s’assemblèrent dans l’Hiémois. Les Français s’hébergèrent entre Argences et Mézidon, sur la rivière de Laison. Les Normands qui soutenaient Guillaume et venaient le défendre s’hébergèrent près de l’eau de Muancé, qui traverse le territoire d’Argences.
 
Quand le vicomte du Cotentin et du Bessin apprirent que Guillaume s’avançait et voulait combattre, qu’il amenait le roi de France et qu’il comptait sur cet allié pour les vaincre, n’écoutant que les mauvais conseils et les inspirations de l’orgueil, ils dédaignèrent de lui rendre son bien, de demander la paix ou de l’accepter. De toutes parts ils appelèrent leurs gens, leurs parents et leurs amis ; ils ont mandé et semoncé tous les vavasseurs et tous les barons qui avaient juré d’obéir à leurs ordres. Ils passèrent par plusieurs gués, par plusieurs chaussées et s’assemblèrent au Val des Dunes. Le Val des Dunes est en Hiémois, entre Argences et Cinglais. De Caen j’estime qu’on peut y compter trois lieues. Ce sont des plaines longues et larges, sans grands monts ni grandes vallées, assez près du Gué-Bérenger ; il n’y a ni bocages ni rochers ; la terre s’incline vers le soleil levant. Une rivière coule au midi et au couchant.
 
A Saint-Brice de Valmeray la messe fut chantée pour le roi le jour de la bataille ; les clercs y ont reçu de riches offrandes. A Valmeray les Français s’armèrent et se rengèrent en bataille ; puis ils marchèrent sur le Val des Dunes. Là s’assemblèrent les communes ; elles bordèrent la rivière, bien équipées comme de fiers combattants. Guillaume sortit d’Argences, passa par le Gué-Bérenger et suivit la rivière pour venir se placer contre les Français. La troupe de Guillaume fut à droite, et les Français furent à gauche ; les uns et les autres regardent l’occident. C’était là que se tenaient les ennemis.
 
Raoul Taisson, de Cinglais, vit les Normands et les Français ; il vit la troupe de Guillaume qui s’accroissait ; il resta assez loin à l’écart. Il avait avec lui cent quarante chevaliers : c’était ce qu’il devait avoir à sa suite. Tous marchaient les lances en l’air, les flammes au vent. Le roi parlait au duc Guillaume ; tous deux armés, le heaume lacé, un bâton à la main, rangeaient leurs troupes et les préparaient à la bataille. Quand le roi vit Raoul Taisson se tenir à l’écart, il ne sut ni de quel côté il se tournerait, ni quels étaient ses desseins. « [...] Guillaume, s’écria le roi, quels sont ces chevaliers aux flammes déployées ? Ils sont tous richement équipés. Savez-vous leurs projets ? M’est avis qu’ils décideront de la victoire ». « [...] sire, dit Guillaume, je crois qu’ils seront tous pour moi. Leur seigneur s’appelle Raoul Taisson ; il n’a rien contre moi aucun sujet de mécontentement ».
 
Raoul Taisson hésitait à se déclarer pour Guillaume. Les vicomtes le pressaient et lui faisaient de grandes promesses. Il leur avait donné des assurances, et juré à Bayeux sur les saints qu’il frapperait Guillaume partout où il le trouverait. Mais ses hommes l’ont conjuré, ils lui ont donné le bon conseil de ne pas combattre son droit seigneur. Guillaume est son seigneur naturel ; lui son homme ne peut le renier. Il se rappelle l’hommage qu’il lui prêta sous les yeux de son père et de son baronnage. Qui s’attaque à son seigneur, n’a droit de tenir fief ni baronnie.
 
« [...] attachons-nous à lui, dit Raoul ; vous parlez bien, agissons de même ». Du milieu de sa troupe il éperonne son cheval, en criant Thury ! Il fait arrêter tous ses hommes pour aller parler au duc Guillaume ; il traverse la plaine au galop, frappe son seigneur de son gant, puis lui dit aussitôt en riant : « [...] je m’acquitte de mon serment : je jurai de vous frapper dès que je vous rencontrerais. Pour tenir mon serment car je ne veux pas me parjurer, je vous ai frappé ; ne vous inquiétez pas ; il n’y a point d’autre félonnie ». Et le duc lui dit : « [...] grand merci ». Et sur ce, Raoul s’est retiré.
 
Guillaume parcourt la plaine, suivi d’une nombreuse compagnie de Normands ; il cherche les deux vicomtes et demande les parjures. Ceux qui les connaissent les lui montrent en face. Là où se tiennent leurs gens. Vous eussiez vu s’ébranler dans la campagne beaucoup de troupes et de capitaines. Chaque homme puissant, chaque baron avait près de lui son gonfanon, ou gonfanon ou autre drapeau pour rallier ses gens, marques ou insignes, écus peints de diverses façons. Vous eussiez vu la terre trembler, les chevaux se cabrer sous l’aiguillon, les lances se brandir, les écus et les heaumes reluire au soleil. Les cavaliers, en s’élançant, poussent leurs cris de guerre. Ceux de France crient Montjoie ; ils tiennent à se bien faire entendre. Guillaume crie Dex aïe : telle est la devise de la Normandie. Néel crie : Saint-Sauveur ; c’est la devise de sa baronnie. Et Renouf crie de toutes ses forces : Saint-Sever, sire Saint-Sever, et Hamon aux Dents : Saint-Amand, sire Saint-Amand. Il y eut un grand tumulte à la rencontre ; la terre s’en ébranla. Vous eussiez vu les chevaliers presser leurs montures ; les uns se retourner, les autres se mêler aux ennemis, les braves poussent en avant, les poltrons se retirent en tremblant.
 

Les Cotentinais marchèrent sur le roi de France et les Français ; ils se joignent et s’entre-frappent, les lances baissées. Des deux côtés, il y eut bien des coups reçus sur les écus. Quand les combattants ont rompu leurs lances, ils prennent leurs épées pour s’entre-assaillir. Ce ne sont pas des joutes, on se bat à fer émoulu, comme des champions en champ clos.

 
Si deux compagnons d’égale force en viennent aux mains, ils se frappent et se renversent, se heurtent et se poussent, ils s’évitent quand ils se redoutent. Chacun a honte de fuir et chacun veut rester maître du terrain. Chacun cherche à avancer le plus possible.
 
Les Cotentinais tiennent tête aux Français. Affreux est le tumulte, et grandement se tourmentent les combattants : ils se servent de la lance et de l’épée. « [...] vous eussiez vu les vassaux se battre, les chevaux et les chevaliers tomber pour ne plus se relever ».
 
Le roi lui-même fut frappé et renversé de son cheval. Un normand, qu’on ne put point connaître, s’était imaginé que si le roi tombait, l’armée serait aussitôt en déroute. Il atteignit le roi de côté, et le fit tomber à terre. Si le haubert eût été moins bon, je suis certain que le choc eût été mortel. C’est à cette occasion que les paysans dirent encore en plaisantant : « [...] de Cotentin sortit la lance, qui renversa le roi de France ».
 
L’auteur de ce coup de main aurait pu échapper ; mais quand il veut faire volte face pour se retirer, un chevalier fond sur lui, l’atteint et le heurte avec une telle impétuosité qu’il le renverse à terre. Cependant, profitant de l’empressement qu’on met à relever le roi, le Cotentinais se redresse et se cramponne à son destrier ; il avait déjà la main à l’arçon, quand il est entouré par une foule menaçante : on l’arrache de la selle, on le fait tomber à la renverse ; il est foulé sous les pieds des chevaux et laissé pour mort sur la place.
 
Il y eut grand presse à relever le roi et à le remettre au plus vite en selle. Il était tombé au milieu de ses hommes ; il n’eut ni contusion ni blessures ; il se releva avec agilité ; jamais il ne fut plus hardi. Dès que le roi fut à cheval, vous eussiez vu les vassaux frapper avec les lances et les épées. Les Français enfoncent les Normands ; les Normands plient, tournent et rompant leurs rangs ; le roi aime d’autant plus à se montrer que l’ennemi l’avait vu renversé.
 
Dans la mêlée tomba Hamon aux Dents, et plusieurs des siens, qui ne quittèrent le champ de bataille que pour être portés en bière. Hamon aux Dents était un normand puissant par ses fiefs et par ses vassaux : il était seigneur de Torigny et d’Evrecy et de Creully. Souvent il se jeta sur les Français en frappant et en répétant son cri : Saint-Amand. Un français a remarqué son orgueilleuse allure ; il s’arrête, l’épie et attend qu’il s’approche. A un détour, voyant Hamon frapper le roi, il le charge avec vigueur et l’atteint par-dessus l’arçon, en pleine poitrine. Hamon tomba sur son écu ; je ne puis dire quelle fut sa blessure, mais je sais qu’il fut relevé mort sur son écu. De là il fut porté à Esquai et enterré devant l’église. Bien des gens témoins de ses prouesses crurent que Hamon avait frappé et renversé le roi et que les Français l’occirent pour venger leur prince.
 
Raoul Taisson attendit que les deux armées fussent aux prises et que les chevaliers commençassent à jouter. Alors il se mit en mouvement et chevaucha. On vit bien où il passa. Je ne saurais raconter ses exploits, ni nommer les victimes qui tombèrent sous ses coups.
 
Pour ne pas trop allonger mon récit. Renouf le vicomte avait avec lui un vassal nommé Hardré, il était né à Bayeux ; il chevauchait en avant, plein de confiance en sa valeur. Guillaume court à lui, le vise avec sa lance, et lui fait passer le fer au travers de la gorge. Hardré tombe à la renverse et rend l’âme. Le duc a laissé son fer dans la blessure, il n’a pu retirer que le bois de sa lance. Guillaume se bat noblement ; il atteint et renverse maint ennemi.
 
Renouf vit la grande bataille et le grand carnage. Il entendit le tumulte, les cris et le choc des lances. Il q’arrête éperdu, comme un homme peu brave. Il a peur d’être trahi ; il a peur que Néel ne prenne la fuite. Il redoute Guillaume et ses compagnons. C’est un mal s’il est fait prisonnier ; ce sera pis s’il est tué. Quand l’ennemi charge, il se retire ; la bataille lui déplaît fort. Il avance, il recule ; il craint d’être frappé ; il quitte ses compagnons, il veut fuir, il s’enfuit. Il abandonne sa lance, puis son écu. Il fuit toujours, le cou allongé sur son cheval. Les lâches le suivent. Ce ne sont pas les plus malheureux qui se plaignent davantage.
 
Néel se battit en preux ; si tous ses compagnons eussent montré autant de bravoure, les Français auraient eu du mal, ils eussent été déconfits et vaincus. Néel donna et reçu maint bon coup ; il résista aussi long temps qu’il le put ; mais il vit sa troupe faiblir ; il vit plusieurs des siens tomber morts. De toutes part les Français arrivent en rangs épais ; les Normands cèdent et diminuent en nombre. Les uns tombent blessés, les autres fuient aveuglés par la peur. Néel, pour sa vaillance et son habileté, pour son audace et sa noblesse, fut appelé Chef de faucon. Noble chef de faucon, tel fut le surnom qui lui fut donné. Dans l’armée normande, les uns tombent, les autres sont blessés ; ceux qui ont peur prennent la fuite. Quand Néel dut quitter le champ de bataille, jamais il n’y eut plus triste deuil.
 
Grande fut la foule des fuyards ; grande aussi la foule de ceux qui les poursuivaient. Vous eussiez vu des chevaux errer sans maître, des chevaliers traverser les champs au galop. Les malheureux veulent gagner le Bessin ; mais ils craignent le passage de l’Orne, entre Allemagne et Fontenay. Tous s’enfuient en grand désordre, par petits groupes de trois, de cinq ou de six. Les vainqueurs qui se précipitent sur leurs traces les harcèlent et les massacrent. Il y eut un tel carnage au passage de l’Orne que les moulins de Borbillon en furent, dut-on, arrêtés.
 
Le roi rassemble ses gens pour retourner en France ; il a fait emmener avec lui les malades et les blessés. Les morts sont enterrés dans les cimetières du pays. Guillaume reste en Normandie, et de long temps il n’y eut point de guerres au pays. Les barons se reconcilièrent avec le duc ; ils achetèrent leur grâce, par des promesses et des dons. Mais Néel ne put faire sa paix et n’osa demeurer au pays. Il fut long temps en Bretagne avant d’obtenir pardon.
 
Fin du texte extrait du Roman de Rou par le célèbre chroniqueur Wace. Le Roman de Rou est une chronique versifiée rédigée entre 1160 et 1170 racontant l’histoire du duché de Normandie de l’époque de Rollon jusqu’à la bataille de Tinchebray en 1106. Pour approfondir le sujet : Le Roman de Rou de Wace, Éd. A. J. Holden, Paris, A. & J. Picard, 1970 et Guillaume le Duc, Guillaume le roi, extraits du Roman de Rou de Wace, Éd. René Lepelley, Presses universitaires de Caen, 1995
 
Après la bataille du Val-ès-Dunes, Guillaume reprit en main le duché mais dut compter sur l’hostilité d’une partie de sa parentèle. Vers 1050, il parvint à en éliminer plusieurs, Guillaume Werlenc, comte de Mortain fut banni, Mauger, archevêque de Rouen dut quitter son siège et Guillaume d'Arques s’exila après l’échec de sa révolte contre le duc en 1054. Guillaume rétablit l’ordre par une habile politique de redistribution des terres et contrôla plus fermement les vicomtes.
 
Le pouvoir du jeune duc s’appuya sur un groupe de fidèles parmi lesquels figuraient ses deux demi-frères, Odon de Conteville, évêque de Bayeux, Robert, comte de Mortain et un groupe de barons dont Guillaume Fitz Osbern, Roger de Montgommery, Guillaume de Warenne, Roger de Beaumont et d’autres seigneurs plus modestes, mais très proche du pouvoir ducal comme Onfroi de Bohon.
 
La montée en puissance du duc Guillaume inquiéta le roi de France. Après lui avoir donné son aide lors de la bataille du Val-ès-Dunes, celui-ci décida de limiter l’expansion de son vassal. En 1053, il envoya une armée pour venir en aide à Guillaume d’Arques révolté contre le duc. En 1054 et 1057, il envahit la Normandie conjointement avec les troupes du comte d'Anjou mais ces expéditions furent des échecs.
 
Entre 1050 et 1056, il épousa Mathilde de Flandre, fille de Baudouin V, comte de Flandre, et ce, malgré l’interdiction du pape. Il fallut attendre le pontificat du pape Nicolas II pour que le couple soit absous. En échange, ils fondèrent deux abbayes : l’abbaye aux Hommes, dédiée à Saint-Étienne et l’abbaye aux Dames, dédiée à la Sainte Trinité.
 
A cette époque, l’Angleterre était dirigée par le roi Édouard le Confesseur. Celui-ci avait trouvé refuge à la cour normande lorsqu’en 1013 son père Ethelred le Malavisé et sa mère Emma de Normandie avaient été chassés du trône d’Angleterre par Sven I de Danemark. Après presque trente ans d’exil, Ethelred rentra en Angleterre pour y être couronné roi en 1042. Édouard le Confesseur s’entoura de Normands. N’ayant point de descendance, Édouard sembla encourager les vues de Guillaume sur sa succession mais Guillaume avait d’autres préoccupations.
 
Harold Godwinson, aristocrate anglo-saxon et candidat possible à la succession d'Édouard, se rendit en Normandie à la cour de Guillaume. D’après la Tapisserie de Bayeux, Harold prêta serment de fidélité à Guillaume et renonça à la succession au trône anglais à son profit. Mais quand Édouard le Confesseur mourut le 5 janvier 1066, Harold Godwinson, lui succéda. Son couronnement se fit le 6 janvier 1066. Guillaume protesta et prépara l’invasion du royaume anglo-saxon. Guillaume promit de donner, titres, terres et richesse aux chevaliers et barons qui acceptèrent de l’accompagner dans sa quête. L’armée normande embarqua à Dives-sur-mer, après une halte à Saint-Valéry-en-Caux, elle débarqua enfin à Pevensey, le 28 septembre 1066. Le 14 octobre 1066, à la bataille d'Hastings, Guillaume battit Harold qui fut tué au combat et reçu la couronne anglo-saxonne le 25 décembre 1066 dans l'abbaye de Westminster. Suite à la bataille d’Hastings, la distribution de titres et de terres aux chevaliers et barons accrût fortement la puissance de la noblesse normande.
 

Ce fut l’époque des grandes expéditions lointaines où les fils de Tancrède de Hauteville s’installèrent dans le sud de l’Italie.

Geoffroy de Montbray, évêque de Coutances de 1048 à 1093 fit élever la cathédrale romane de Coutances et favorisa la création des abbayes bénédictines richement dotées comme Saint-Sauveur (1056) et Lessay (1064).

La qualité des édifices romans de cette époque constitue l’un des attraits majeurs du patrimoine. La première moitié du XIIème siècle apparaît comme la grande époque de l’art roman du Cotentin.



 

Abbatiale de Cerisy-la-Forêt (XIème siècle)

Abbatiale de Cerisy-la-Forêt (XIème siècle)

 
L’influence de la magnifique abbatiale de Cerisy-la-Forêt se ressentit à Chef-du-Pont, Saint-Côme-du-Mont, et Saint-Germain-sur-Ay.
 

En 1087, en réponse aux agissements du roi de France, Guillaume conduisit son armée jusqu'à Mantes, qu'il brûla. Une blessure ou une maladie le contraint de retourner à Rouen. Il agonisa quelques jours, mais avant de mourir le 9 septembre 1087, il régla sa succession.

Robert Courteheuse fut duc de Normandie tandis que son deuxième fils, Guillaume le Roux fut roi d'Angleterre. Son corps fut ensuite transporté jusqu'à Caen, pour y être inhumé à Saint-Étienne.







 

Tombe de Guillaume le conquérant

Tombe de Guillaume le conquérant

 


 

  Famille de Mary
  Du XIème au XVème siècle
  Du XVIème au XIXème siècle

  Famille de Bohon
  La branche de Normandie
  La branche de Midhurst
  La branche de Hereford

  L'histoire de la Normandie
  Du Ier au VIIIème siècle
  Les vikings, des conquérants
  Robert I
  Guillaume I longue-épée
  Richard I sans-peur
  Richard II le bon
  Richard III
  Robert II le magnifique
  Guillaume II le conquérant
  La première croisade
  Le Moyen Âge
  L'époque médiévale
  La Renaissance
  Troubles et renouveau
  La fin de l'Ancien Régime
  La Révolution
  L'époque napoléonienne
  La Restauration
  Le Second Empire
  La Troisième République
  La première guerre mondiale
  La deuxième guerre mondiale